Unsa-Police

• Accueil > Spécialistes > Conditions de Travail

mardi 24 octobre 2017


Etui cuisse : Nos collègues Gendarmes seraient-ils suicidaires ?

Etui cuisse : Nos collègues Gendarmes seraient-ils suicidaires ? Que dit le contrat financier avec la société « The SAFARILAND Group » ?

Ce sont les questions que l’on peut légitimement se poser, lorsqu’on lit le rapport, à charge, des tests demandés par le DGPN et organisés par la DCSP, en situation opérationnelle…

En effet, selon le rapport, voici les risques auxquels seraient exposés les policiers en utilisant l’étui cuisse :
- En véhicule, gêne potentielle pour le conducteur, réduction de l’accès à l’arme et partie lombaire des passagers avant dans l’axe du canon de l’arme des passagers arrière ;
- Sur une moto, possibilité de perte de chargeur mal engagé ;
- En interpellation, vol d’arme facilité et possibilité de déstabiliser les appuis du policier pour le faire chuter au sol ;
- Lors de la sortie de l’étui, canon de l’arme dirigé vers des segments du corps du porteur ;
- En intervention, l’étui gêne la progression et tourne autour de la jambe perturbant la course ; il s’accroche lors du franchissement de passages étroits ;
- Incompatibilité avec les GTPI actuellement enseignés.

En conséquence : « Seul le port de l’étui réglementaire de type Safariland, dit « à port médian déporté » est autorisé .... ».

« L’UNSA Police s’interroge : nos collègues gendarmes, autorisant le port de l’étui cuisse, seraient-ils suicidaires ? L’UNSA Police saisit monsieur le DGPN et demande que soient précisées les modalités du contrat financier qui lie le ministère de l’Intérieur à la société américaine « The SAFARILAND Group ». Philippe Capon, Secrétaire Général UNSA Police

PDF - 357.8 ko
Etui cuisse : Nos collègues Gendarmes seraient-ils suicidaires ?

 


 



Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page |