Unsa-Police

• Accueil > Médias > Communiqués de presse

mardi 2 mai 2017


Une nouvelle fois nos collègues pris à partie sans pouvoir se défendre

Lundi 1er mai 2017, nos formations engagées sur la capitale ont essuyé des jets de projectiles et de cocktails Molotov.

La PP, s’étant prémunie d’avoir sollicité une vingtaine de compagnies pour la « fête du travail », pensait que les casseurs seraient impressionnés par ce lourd dispositif.

Malgré ce déploiement, 150 « anti-système » ont dirigé une offensive contre les forces de police.

Les règles édictées par la PP restant inchangées, les CRS n’ont pu que subir les attaques aux cocktails Molotov. Les lanceurs d’eau, cette fois présents, n’ont pu intervenir faute d’instructions...

Quant aux moyens intermédiaires, une fois de plus, ils étaient proscrits pour éviter de blesser un manifestant. Rappelons que ces moyens ne sont employés que dans des cadres bien précis et que, face à une foule non hostile, rien ni personne ne verra son intégrité physique atteinte. Alors pourquoi les interdire ?

« L’UNSA Police déplore que les moyens de maintien de l’ordre dont sont dotés les services de police n’aient pas été mis en oeuvre, en particulier les engins lanceurs d’eau et, pour les CRS, les lanceurs de balles de défense.

La résultante de cette frilosité a entrainé de graves dommages aux personnels des Compagnies Républicaines de Sécurité, qui ne sont pas la pour servir de défouloir à des hordes de casseurs sauvages.

L’UNSA Police dit « STOP ! » à ces méthodes d’un autre temps, qui ont mis en danger l’intégrité physique de nos collègues engagés ce jour. » Philippe Capon, Secrétaire Général

PDF - 135.7 ko
Une nouvelle fois nos collègues pris à partie sans pouvoir se défendre

Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page |