Unsa-Police

• Accueil > Médias > Communiqués de presse

jeudi 1er juin 2017


Pour Amnesty International France, que vaut la vie d’un policier ou d’un citoyen ?

Dans un rapport intitulé "Un droit, pas une menace : restrictions disproportionnées à la liberté de réunion pacifique sous couvert de l’état d’urgence en France", publié mercredi 31 mai 2017, Amnesty International France demande la levée de l’état d’urgence, préconise de restreindre les pouvoirs des préfets dans ce cadre et l’interdiction de l’usage des grenades de désencerclement par les forces de l’ordre.

L’UNSA Police note d’emblée qu’Amnesty International France, dans une formidable inversion des valeurs, ne préconise nullement le maintien ou la dotation de toute action et matériel utiles à la mise hors d’état de nuire de ceux qui attentent à notre sécurité, première des libertés, mais demande l’abaissement des moyens de défense de la Nation et des forces de l’ordre… Amnesty International France demande notamment l’interdiction de l’usage des grenades de désencerclement par les forces de l’ordre, sous prétexte que celles-ci, citons, « comportent un risque de blessure grave ».

L’UNSA Police rappelle que l’usage des « GMD » est strictement encadré par la loi :

- l’article R. 211-13 du code de la sécurité intérieure prévoit que l’emploi de la force doit être proportionné et « n’est possible que si les circonstances le rendent absolument nécessaire »,
- La légitime défense (article 122-5 du code pénal),
- L’état de nécessité (article 122-7 du code pénal), etc…

En clair, les forces de l’ordre utilisent les GMD lorsque leur intégrité physique est atteinte. « L’UNSA Police rappelle à Amnesty International France que les GMD sont des moyens de défense face à des agresseurs radicaux violents, voulant attenter à l’intégrité physique des policiers. Que ces casseurs puissent éventuellement être blessés par les forces de l’ordre, ne faisant que se défendre, relève de leur entière, seule et unique responsabilité. » -Philippe Capon, secrétaire général de l’UNSA Police

PDF - 147.3 ko
Pour Amnesty International France, que vaut la vie d’un policier ou d’un citoyen ?


Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page |