Unsa-Police

• Accueil > Médias > Communiqués de presse

mardi 17 mai 2016


Mise en examen à Nantes Pour les casseurs, la fête est finie

Lors de la manifestation contre la loi travail le 3 mai 2016 à Nantes, un commandant de police avait été lâchement agressé, dans le dos, par un groupe de cinq à six voyous. Un premier coup porté par derrière avait fait chuter le commandant et, une fois au sol, le groupe de jeunes lui avait arraché son casque, avant de le frapper à la tête à coups de pieds et de barre de fer.

L’UNSA Police, par communiqué en date du 4 mai 2016, rappelait que « des violences volontaires, préméditées, à l’encontre de personnes dépositaires de l’autorité publique dans l’exercice de leurs fonctions s’appellent une tentative d’assassinat. »

Ce simple « rappel à la Loi » semble avoir porté ses fruits et, qu’enfin, avec la mise en examen d’un des auteurs présumés des faits, les institutions régaliennes prennent conscience du vécu des forces de l’ordre au quotidien, depuis le début de ces violences.

L’UNSA Police regrette cependant que ceux qui ont donné une légitimité morale et un sentiment d’impunité à ces casseurs, notamment la CGT par ses affiches infantiles, mais aussi la récurrente incompétence (volontaire ?) des organisateurs des manifestations (CGT encore et FO notamment...), pourront continuer à parader dans nos rues et à la télévision. L’inconscience de ces va-t-en-guerre à un bilan : des millions d’euros de dégât, des centaines de policiers blessés et un jeune de 18 ans qui va passer de longues années derrière les barreaux.

Et aucune avancée sociale…

Bravo la CGT, bravo FO.

« L’UNSA Police se félicite de la prise de conscience de nos institutions, au service de la sécurité de nos concitoyens, première des libertés. Pour les casseurs, le message est clair : la fête est finie. » Philippe Capon, secrétaire général

PDF - 255.1 ko
Mise en examen à Nantes Pour les casseurs, la fête est finie

Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page |