Unsa-Police

• Accueil > Médias > Ailleurs sur le web

jeudi 7 avril 2016


Sécurité routière : l’Etat va privatiser les radars

lu pour vous leparisien.fr

PDF - 186.6 ko



- Communiqué de presse -

Radars mobiles « La privatisation du service public n’est pas une solution »

Pour, selon lui, « réaffecter les forces de l’ordre à d’autres missions », l’État va déléguer à des sociétés privées l’utilisation de radars mobiles.

L’ objectif est clairement affiché : faire circuler jour et nuit les véhicules radars et, ainsi, multiplier les contrôles, c’est-à-dire les contraventions...

Les sociétés privées, dont le seul et unique but est la réalisation de bénéfices, favoriseront immanquablement les zones « rentables » au détriment des zones accidentogènes, allant à l’encontre de l’essence même du service public « police » : la sécurité de nos concitoyens.

Comme pour les précédentes privatisations, notamment les fourrières, l’impact sur l’exécution des missions

« Au delà de toutes extrapolations, les expériences passées, privatisations des autoroutes et des fourrières, se sont soldées par le même constat :le transfert du pouvoir régalien vers des sociétés privées se termine par Il en sera de même pour les radars : l’inéluctable augmentation du nombre de PV une évolution continue des tarifs.et/ou du montant des contraventions, ne tardera pas. Au final, comme pour les autoroutes et les fourrières,c’est le citoyen qui paiera la facture.Si pour certains, la sécurité due à nos concitoyens à un coût, pour nous, elle n’a pas de prix : la privatisation du service public n’est pas une solution. » Philippe Capon, secrétaire général


Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page |