Unsa-Police

• Accueil > Médias > Ailleurs sur le web

mardi 16 juin 2015


Commissariat de Calais : des gardes à vue levées faute d’effectifs

Lu pour vous sur Nord Littoral, le 15/06/2015.

(...)ce samedi, où quatre personnes, bien connues des services de police, ont été interpellées puis placées en garde à vue suite à des dégradations et des vols dans un commerce de bicyclettes en centre ville.

Sauf que quelques heures plus tard, face au manque de personnel pour poursuivre les investigations sur ce dossier, le parquet a tout bonnement décidé de mettre un terme aux gardes à vue. Une décision synonyme de remise en liberté des individus(...).

Les individus de nouveau interpellés ce lundi

L’affaire n’est pas tombée à l’eau pour autant. Ce lundi matin, les quatre individus ont de nouveau été cueillis, et de nouveau placés en garde à vue... « Ce fait pourrait ne pas être anecdotique si des moyens ne sont pas donnés rapidement », avertit Ludovic Hochart, délégué Unsa Police.

Récemment la direction départementale de la sécurité publique (DDSP), consciente de la situation critique à Calais, a mis en place un projet de renfort mettant à contribution l’ensemble des fonctionnaires procéduriers du Pas-de-Calais pour les jours dit forts, sur Calais. C’est-à-dire les week-ends et éventuellement les mercredis et jeudis. « Nous avons conscience que la DDSP fait avec les moyens dont elle dispose », tempère Ludovic Hochart. Ces renforts sont les bienvenus à Calais, mais nous ne pouvons pas nous satisfaire de cette mesure. »

Le syndicaliste préfère un renfort en effectifs, au plus vite, dans le cadre d’affectations pérennes pour le commissariat. « Nos collègues procéduriers sur le Pas-de-Calais, déjà en proie à une charge de travail conséquente dans leur service avec toute la lourdeur procédurale que l’on connaît, acceptent difficilement cette contrainte et c’est légitime. »

« Aucun service n’est épargné »

(...) Le manque de moyens à la fois humains et matériels, les décalages, les heures supplémentaires, et par conséquent la charge de travail « minent les collègues depuis plusieurs mois voire des années. Aucun des services n’est épargné. »

Pourtant, on serait bien tenté de dire que depuis un an, l’État apporte des renforts à Calais. Mais des renforts mobiles (CRS, gendarmes), qui n’ont rien à voir avec les procédures qui suivent, dans les bureaux. « Il serait temps de reconnaître la nécessité de renforcer, dans le cadre d’un mouvement de mutation exceptionnel, le commissariat de Calais ainsi que la DDPAF 62 (Coquelles, Ndlr), et de reconnaître la difficulté de leurs missions », dénonce, une fois encore, Ludovic Hochart.

par françois devin

l’article complet sur le site de nordlittoral.fr]


Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page |