Unsa-Police

• Accueil > Médias > Ailleurs sur le web

vendredi 19 décembre 2014


Calais : les CRS installent un groupement opérationnel

Depuis quelques jours, les CRS renforcent leur organisation dans la lutte contre l’immigration clandestine (LIC) sur le Calaisis.

Les jours passent et les CRS s’organisent sur le Calaisis, alors que chaque semaine, des dizaines de migrants tentent de s’infiltrer dans des poids lourds à hauteur du port et du tunnel sous la Manche.

Ces derniers jours ont été particulièrement agités du côté des accès au terminal d’embarquement Eurotunnel. Ainsi, le 3 décembre, dans le cadre de leur mission de lutte contre l’immigration clandestine (LIC), les CRS ont utilisé une quarantaine de grenades afin d’écarter les migrants de cette zone proche de l’A16.

Face à cette forte activité et suite aux demandes répétées à leur hiérarchie mais aussi au conseiller police du ministre Cazeneuve, un groupement opérationnel s’est mis en place ce week-end. Concrètement, il s’agit d’un poste mobile composé d’un conducteur, d’un radio et d’un officier, capable de prendre le commandement d’opérations de maintien de l’ordre 24 heures sur 24. Une première à Calais dans la lutte contre l’immigration clandestine. Pour Denis Hurth et Guillaume Jeansou du bureau régional CRS Nord de l’Unsa Police, « c’est une satisfaction puisque nous avions insisté à plusieurs niveaux afin de voir ce groupement affecté à Calais. »

L’Unsa sur un autre combat

Les deux représentants de l’Unsa avaient, dans ce cadre, rencontré le premier adjoint calaisien Emmanuel Agius en septembre, puis le directeur central de la police le 29 octobre. Ils avaient aussi formulé la demande auprès de Bernard Cazeneuve lors de sa venue à Calais au mois de novembre.

Sur le terrain, le groupement opérationnel aura à cadrer deux compagnies de CRS (actuellement les 59 et 38 d’Ollioules et Mulhouse) et des effectifs de la gendarmerie mobile. Une deuxième demi-compagnie de CRS (la 13 de Saint-Brieuc) est aussi mobilisée, mais dans le cadre de la sécurité renforcée pour la ville de Calais (hors LIC).

Par ailleurs, le dispositif LIC et, par conséquent celui de sécurisation de l’A16, intègrent désormais les CRS autoroutiers de Steenvoorde, dont la mission quotidienne est pourtant de lutter contre la délinquance routière. « Ils ne sont pas équipés pour aller au contact. Le maintien de l’ordre ne fait pas partie de leurs missions », défendent les représentants de l’Unsa. Le but de ce rapprochement est de lutter contre les accidents corporels impliquant des migrants. « Les autoroutiers vont laisser de côté une partie de leur secteur habituel de surveillance, pour venir patrouiller trois fois par jour pendant 1h30 et trois fois par semaine de Dunkerque à Peuplingues. »

La fameuse zone laissée de côté sera prise en charge par les CRS autoroutiers des Quatre Cantons. Denis Hurth et Guillaume Jeansou réclament, à la place des autoroutiers, des effectifs des unités motocyclistes zonales. Ces derniers sont présents à Saint-Quentin et Lambersart, par exemple. L’Unsa en a déjà fait la demande à plusieurs reprises.

source nordlittoral.fr


Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page |