Unsa-Police

• Accueil > Médias > Ailleurs sur le web

mardi 17 mai 2016


Besançon : les policiers disent « non » à la haine des manifestants mercredi prochain

- lu pour vous L’Est Républicain

« Des groupuscules d’extrême gauche et des “casseurs” exercent des violences sans limite à l’encontre des forces de l’ordre », s’inquiète Stéphane Karlin, secrétaire régional UNSA Police pour la Bourgogne-Franche-Comté (UNSA BFC). « Cela devient vraiment inquiétant, voire catastrophique. On compte nos blessés, essentiellement à Paris, mais aussi à Nantes et à Rennes. La plupart de nos hommes souffrent de contusions les jours suivants. On est déjà en manque d’effectifs en temps ordinaire. Là, c’est pire. »

« Sous les yeux des organisateurs syndicaux, certains groupuscules se forment de manière soudaine et nous lancent des cocktails Molotov, des pétards mélangés à du nitrate ou des “bombinettes” remplies de clous et de boulons », détaille Stéphane Karlin. Il détient d’ailleurs un lot de photos qui tend à prouver ses dires.

« Nos tenues, composées de casques à visière, de gilets pare-balles, de boucliers, de protections d’épaules et de jambes, ne suffisent pas à arrêter les projectiles. Vous imaginez les dégâts que cela peut causer sur un corps humain. Cette violence aveugle, ça suffit. Nous disons “Stop”. Défendre le droit du travail, c’est normal. Mais la haine qui nous vise ne l’est pas. Ce n’est ni légitime, ni républicain. »

PDF - 361.9 ko
Besançon : les policiers disent « non » à la haine des manifestants mercredi prochain

Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page |