Unsa-Police

• Accueil > Actualités > SGAP de Paris

dimanche 19 mars 2017


B.R.I. : Iniquité de traitement. Saisie DGPN

Les événements récents, notamment liés au terrorisme, ont démontré une fois de plus le haut niveau de professionnalisme des policiers affectés au sein des Brigades de Recherche et d’intervention (BRI) de la DCPJ. Les membres de ces brigades sont confrontés à des missions tout aussi dangereuses que celles la BRI PP et des unités du RAID.

Compte-tenu d’un engagement et de missions équivalentes, la situation actuelle créée une rupture d’équité dans le traitement indemnitaire des agents affectés en Province.

En avril 2016, monsieur le ministre de l’intérieur dévoilait son plan d’action antiterrorisme et mettait en avant sa volonté de mettre une unité d’intervention à proximité immédiate des grandes agglomérations.
Dans cette optique, il est demandé à l’ensemble des personnels affectés en PJ/BRI une technicité, un professionnalisme et une disponibilité sans faille. Les événements dramatiques comme les attentats de Charlie hebdo et de Saint-Étienne de Rouvray sont la preuve de l’efficacité, du sang-froid et de l’emploi des policiers affectés au sein de ces unités dans le cadre de la lutte antiterroriste.

« Aussi, à l’instar des effectifs du RAID et de la BRI-PP, bénéficiaires d’une prime mensuelle de 650€, l’UNSA Police demande la reconnaissance financière de l’investissement de l’ensemble des policiers habilités de la DCPJ/BRI sur tout le territoire national. »
- Philippe Capon, Secrétaire Général

PDF - 363.7 ko
B.R.I. : Iniquité de traitement. Saisie DGPN


Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page |