Unsa-Police

• Accueil > Actualités > CRS

jeudi 26 novembre 2015


CAPL CRS du 26 novembre 2015

L’UNSA Police est bouleversé par les attaques terroristes perpétrées ce vendredi 13 novembre 2015 et nous exprimons notre profonde indignation devant de tels actes barbares. Toutes nos pensées vont vers Thierry et Arnaud atteints de 2 balles dans le dos et bien évidemment à toutes les victimes et leurs proches.

Malgré cette terrible épreuve, nos collègues ont fait preuve de sang froid, d’une détermination et d’un professionnalisme à toutes épreuves.

Face à ce terrorisme, la Police fera bloc et affichera toute son unité et sa cohésion.
L’état d’urgence a été décrété par le Président de la République et promulgué au Journal Officiel ce samedi 14 novembre 2015.

Fidèles à leur devise « SERVIR », les CRS seront une nouvelle fois, une force d’action et de protection au service de tous, mais avant tout, ils seront en première ligne pour défendre les valeurs de la République.

Nous le savons tous ici, les CRS ont ce sens du service public, cette rigueur pour maintenir l’ordre public, la sécurité des biens et des personnes mais aussi la prévention des risques.
Mais encore faut-il que nos collègues aient tous les moyens alloués pour leurs interventions.

Alors où en sommes-nous depuis les tragiques événements de Charlie Hebdo ? L’administration a-t-elle bien pris en compte les manques de moyens sur le terrain ?

Que nenni, devant cette frilosité incommensurable, il s’avère que la pleine mesure de nos ressources n’aient pas été prises en compte car sur le terrain les policiers n’ont rien vu venir ou si peu pour certains services...

Nos collègues et plus particulièrement les primo-intervenants sont bien souvent démunis et n’ont pas les équipements de protection, ni les armes adaptées. Les CRS n’étaient pas préparés à ces attaques, personne ne l’était réellement, mais ils ont su répondre aux nombreuses demandes. Les unités engagées au Stade de France, au Bataclan ont été très marquées par la vue des corps déchiquetés, les nombreux blessés et malheureusement les victimes. Le soutien psychologique, mis en place rapidement, a été important. Les collègues en avaient besoin.

L’UNSA Police tient à mettre en avant le professionnalisme de ces hommes et femmes. Néanmoins, l’UNSA Police dénonce la volonté de la DCCRS de mettre en avant 5 ou 6 collègues de 5 compagnies engagées sur le stade de France et le Bataclan. Le travail a été collectif, il ne doit pas faire l’objet de discrimination. Les unités, si elles doivent être récompensées, doivent l’être collectivement.

L’UNSA Police félicite l’administration de sa décision d’accorder le port de l’arme hors service pour tous les policiers qui le souhaitent et sans obligation de porter son gilet pare-balle.

Cette année est particulièrement difficile pour tous nos collègues et ce, depuis les tragiques événements de Charlie Hebdo.
Pourtant les CRS vont continuer à être fortement mobilisés : Vigipirate Attentats, Calais, les renforts frontières, la sécurisation des Grands magasins, opérations anti hold-up, la COP 21 et les Fêtes de fin d’année. Cette mobilisation des forces de sécurité sera totale mais les services et les cycles de travail doivent être mis en place en tenant compte des rythmes physiologiques indispensables au maintien d’un haut niveau opérationnel sur le long terme...

L’UNSA Police dénonce le comportement du Directeur Zonal des CRS Nord qui oublie totalement son rôle d’acteur majeur sur le terrain en temps que meneur d’hommes, oubliant d’être auprès d’eux. L’importance de la mission Calais nécessite un pilote dans l’avion, le directeur Zonal des CRS Nord doit être le moteur des unités placées sous son autorité. A-t-il encore envie de commander cette zone ?
L’UNSA Police déplore l’absence de dialogue social, voir de dialogue tout court.

La délégation UNSA POLICE

PDF - 35.6 ko
CAPL CRS du 26 novembre 2015, déclaration UNSA POLICE

Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page |